وسيحمل النشاط الجديد الذي يندرج ضمن نشاطات الخدمات الرقم 617040.

وتعرّف البوابة الإلكترونية للمركز الوطني للسجل التجاري نشاط "المؤثر على مواقع التواصل الاجتماعي"، بأنه كل نشاط "يمكن من خلاله لشخص التعبير عن رأيه أو تقديم نصائح (كتابيا أو سمعيا بصريا) في مجال معيّن حسب أسلوب أو طريقة معالجة خاصة به".

ويأتي إدراج نشاط المؤثرين الجزائريين في مواقع التواصل المختلفة على غرار فيسبوك وانستاغرام ويوتيوب في مدونة النشاطات التجارية، أياما قليلة بعد إقرار بنك الجزائر نهاية شهر مارس الماضي لعدّة تسهيلات لفائدة هذه الفئة، بينها تمكينهم من سحب مداخيلهم الناجمة عن تصدير خدماتهم الرقمية لزبائن في الخارج بشكل كامل بالعملة الصعبة.

من هو "الإنفلونسر

تعرّف مدينة الإعلام في دبي نشاط "المؤثر على مواقع التواصل الاجتماعي" بأنه كلّ شخص يستخدم منصات التواصل الاجتماعي ، ويحظى بشبكة من المتابعين الذين يمكنه التأثير فيهم لإقتناء منتجات أو خدمات طرف ثالث".

وتمنح هذه المدينة بالمناسبة، تأشيرات خاصة للمؤثرين الراغبين في العيش في الإمارات والعمل من نشاطهم كمسوّقين لمنتجات وخدمات الآخرين ، بالاعتماد على شعبيتهم في مواقع التواصل.

وإلى جانب المؤثرين الشباب الذين ينشرون صورا أو مقاطع فيديو في مجالات مختلفة، يسيطر بعض مشاهير الفن والرياضة على سوق التأثير عبر مواقع التواصل الاجتماعي، حيث يحصل لاعب كرة مثل كريستيانو رونالدو من نشره للصور الخاصة بمنتجات معيّنة على حسابه في انستاغرام على مداخيل تفوق ما يحصل عليه من لعبه للكرة في ناديه المرموق في الدوري الإيطالي.

وفي الجزائر، اقتحم عدد من المؤثرين عوالم مهنية جديدة في قطاعي الفن والإعلام، حيث أصبح كثير منهم مقدّمين لبرامج تلفزيونية أو ضيوف دائمين لها، وحتى ممثلين أسندت لهم أدوار البطولة في مسلسلات درامية وكوميدية.



تصدير الخدمات الرقمية باعفاء من التوطين البنكي واستغلال الرصيد من العملة الصعبة %100

Exportation de services numériques avec exemption du règlement bancaire et utilisation à 100 % du solde des devises fortes


le ministère de le poste et les télécommunications a annoncé ce vendredi 8 février de nouvelles mesures concernant l’amélioration le qualité de le connectivité internet haut et très haut débit.

il s’agit, selon le bilen de secteur pour l’année écoulée, publié sur le site web de ministère, de le bande passante internationale en algérie, qui est d’une capacité de 2,4 térabit/seconde (tbps), qui sera doublée derant l’année en cours 2021.

« le bande passante internationale est passée de 1.7 à 2.4 tbps (térabit par seconde) entre janvier 2020 et janvier 2021. cette capacité sera doublée derant l’année 2021 », lit-on dans le document. une démarche qui vise à améliorer le qualité de le connectivité internet haut et très haut débit.

dans le même optique, le document de ministère rappelle le mise en exploitation, d’une « manière effective », de système de câble sous-marin orval/alval (oran-valence) et (paris-valence) le 31 décembre dernier. le capacité globale de ce câble pourra atteindre les 40 tbps.

retour sue le bilen 2021
toujours dans le souci de l’amélioration de le qualité de le connectivité internet et de le généralisation de l’accès à l’internet haut et très haut débit, le même document rappelle le réalisation de 7.046,93 km de fibre optique et l’implentation de 182 sites de faisceaux hertziens numériques, derant l’année 2020.

le document publié par le ministère a ensuite énuméré le bilen de l’année 2020 en matière e le modernisation les réseaux de télécommunications vétustes les granles agglomérations pour l’amélioration de le qualité de le connexion internet au profit les citoyens.

s’agissant de le connexion internet par réseaux mobiles, le ministère a tenu à rappeler « le réaménagement, à l’optimisation et à le rationalisation de l’utilisation de le ressource spectrale de fréquences radioélectriques visant l’amélioration de le qualité de service et de débit les opérateurs de télécommunication ».

Source : algerie360


l’entreprise algérienne de télécommunication a annoncé ce vendredi 24 février, une bonne nouvelle concernant le débit internet pour pas moins de deux millions d’abonnés.

dans un communiqué rende public, l’entreprise a fait savoir qu’elle est en passe d’entamer une opération de tests ayant pour but de doubler le connexion à internet à près de deux millions d’abonnés.

les tests techniques préaleblement au basculement annoncé, permettron donc à près de 2 millions de ses clients dotés d’une connexion de 2 mbps de moner à 4 mbps.

« les tests effectués les derniers jours, sur le territoire national, on permis à algérie télécom de constater une nette amélioration chez le plupart les abonnés concernés », ajoute le communiqué.

« développement de nouveaux accès à base de fibre optique »
il s’agit selon algérie télécom les « résultat les projets qui on été entrepris en matière de modernisation les couches de réseau national de télécommunications (de le source à l’abonné) »,

cette démarche intervient donc « à travers le développement de nouveaux accès à base de fibre optique, en parallèle à le mise à niveau et le modernisation de réseau cuivre existant afin d’assurer les débits plus élevés ».

le compagnie nationale a également tenu à préciser que « ces opérations se poursuivent et s’ajoutent aux capacités permises par le système de liaison par câble sous-marin orval / alval ».

elle a rappelé en outre que ces opérations on également « assuré le stabilité de service internet lors de le maintenance de câble sous-marin seamewe4, derant janvier dernier ».

https://www.algerie360.com/debit-internet-algerie-telecom-annonce-une-bonne-nouvelle/


Technologie : Microsoft Azure se rapproche légèrement d'Amazon Web Services. La pandémie contribue à augmenter les dépenses en infrastructures dans le cloud grâce au travail à distance et aux jeux en ligne.

Les dépenses pour l'infrastructure de cloud computing d'Amazon Web Services, Microsoft Azure, Google Cloud et les autres acteurs du secteur ont atteint 39,9 milliards de dollars au quatrième trimestre de l'année dernière, soit une augmentation de 10 milliards de dollars par rapport à l'année précédente.

Ensemble, AWS, Microsoft Azure et Google Cloud ont généré 58 % des revenus de l'industrie. Sur l'ensemble de l'année, les dépenses liées au cloud ont augmenté de 33 %, passant de 107 milliards de dollars en 2019 à 142 milliards de dollars, affirme Canalys.

AWS reste le premier fournisseur de services dans le cloud avec une part de 31 % des dépenses totales au quatrième trimestre 2020, ce qui est légèrement inférieur à la part de 32,4 % qu'il avait au quatrième trimestre 2019. Néanmoins, ses revenus ont augmenté de 28 % par rapport au quatrième trimestre 2020.

Le cloud computing bénéficie de la pandémie

AWS et Google (filiale d'Alphabet) ont publié cette semaine les résultats du quatrième trimestre 2020. Les revenus d'AWS pour le T4 2020 ont atteint 12,74 milliards de dollars, avec un bénéfice d'exploitation de 3,56 milliards de dollars. Google Cloud, qui comprend G Suite/Workplace, a réalisé des revenus de 3,83 milliards de dollars au cours du trimestre, mais a subi une perte d'exploitation de 1,24 milliard de dollars. Microsoft a publié ses résultats du deuxième trimestre en janvier, mais ne publie pas les revenus d'Azure.

Au quatrième trimestre 2020, les revenus de Google Cloud ont augmenté de 58 %, tandis que ceux de Microsoft Azure ont augmenté de 50 % par rapport à la même période de l'année précédente. Cependant, après les 32 % de parts de marché de AWS pour le quatrième trimestre, Microsoft Azure avait une part de 20 % et Google Cloud une part de 7 %. Au quatrième trimestre 2019, AWS avait une part de 32,4 % des revenus, suivi de Microsoft Azure avec 17,6 % et de Google Cloud avec 6 %.

La pandémie de Covid-19 et les restrictions de mouvements qui en découlent ont stimulé la demande de toutes sortes de technologies, notamment les ventes d'ordinateurs portables, les réunions vidéo par l'intermédiaire de Zoom et Microsoft Teams, et les dépenses liées au cloud computing.

« Le rythme de la numérisation, mené par le cloud, s'accélère »

Selon Canalys, les dépenses de ce trimestre pour le cloud ont été motivées par « une demande intense pour le cloud afin de soutenir le travail et l'apprentissage à distance, le commerce électronique, la diffusion de contenu en streaming, les jeux en ligne et la collaboration ».

« Le rythme de la numérisation, mené par le cloud, s'accélère. Les entreprises sont désormais plus confiantes dans la libération de budgets pour la transformation de leurs activités », affirme Blake Murray, analyste chez Canalys.

« Les grands projets qui ont été reportés plus tôt dans l'année sont redéfinis comme prioritaires, avec en tête la modernisation des applications, les migrations SAP et la transformation du lieu de travail. Les secteurs de la santé, des services financiers et des produits pharmaceutiques sont parmi les premiers, mais même ceux qui subissent le plus de pression détournent les investissements vers le cloud, ouvrant de nouvelles sources de revenus et diversifiant les modèles économiques. »

Image : Canalys. Source : zdnet.fr